A la UnePolitique

Administration : Bilie-By-Nze l’engage dans l’action du PAT

Ecouter cet article

«Nous y arriverons». Forte, cette phrase est revenue avec insistance dans l’adresse à la haute administration prononcée vendredi 10 février dernier, par le Premier ministre, Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Deux jours après, il était important de ressasser ce discours pour mieux percevoir ce qu’attend réellement le chef du gouvernement. Et davantage le président de la République, Ali Bongo Ondimba, qui lui a fait confiance par cette nomination à la tête de ce pan de l’Exécutif.

Ainsi percevons-nous, derrière, que Alain-Claude Bilie-By-Nze invite toute l’administration à s’impliquer fortement dans l’action publique déjà engagée dans la mise en œuvre du plan d’accélération de la transformation (PAT). C’est fondamental, car il est question de satisfaire les besoins primordiaux des Gabonais et de contribuer au développement du pays, en restant dans la droite ligne du projet de société du chef de l’État.

C’est pourquoi, vendredi dernier, il a fait état d’une « action collective de performance qui va s’articuler autour des 12 priorités« . Inutiles de les rappeler ici.

Ce message s’est adressé à ceux qu’il convient d’appeler « hauts responsables de l’administration. Car, ils sont le bras séculier sur lequel repose la réalisation de la politique gouvernementale« .

Mais il est destiné également à leurs collaborateurs, du moins à tous les agents publics. «Nous devons, de ce fait, assumer le poids de nos charges respectives avec abnégation, dévouement et professionnalisme», a martelé le Premier ministre.

Non sans rappeler les règles et valeurs déontologiques, mais aussi certains principes fondamentaux qui sont l’essence de l’administration publique et sur lesquels il faudra dorénavant s’appuyer.

Il s’agit du principe de la légalité qui permet au service public d’être assuré dans le strict respect des lois et règlements; du principe d’égalité qui commande à l’administration le traitement équitable de tous les usagers du service public; du principe de continuité qui garantit la permanence et la continuité des prestations de service public; du principe de mutabilité ou de l’adaptabilité qui permet la flexibilité nécessaire pour satisfaire aux exigences de l’intérêt général et, enfin, du principe de responsabilité qui permet de répondre aux dommages résultant de la mise en œuvre de son action.

«Le respect scrupuleux de ces règles est l’antidote au venin constitué par des attitudes déviantes qui altèrent la performance de l’action publique», a déclaré le chef du gouvernement. Lequel sait parfaitement de quoi il parle.

Dans tous les cas, Alain-Claude Bilie-By-Nze est bien conscient que le respect des engagements ne se fera pas sans obstacles, ni difficultés. «Mais si le chantier est grand, c’est ensemble que nous y arriverons», a-t-il conclu.

 

Caroline Bivigou

Laisser un commentaire