A la UneÉconomie

CEMAC : Le projet d’électrification transfrontalière entre le Gabon et la Guinée-Equatoriale validé

Ecouter cet article

Après les travaux relatifs aux négociations du contrat d’achat et de vente d’électricité entre la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) et la Société d’électricité de Guinée équatoriale (Segesa) qui se sont déroulés à Libreville en Octobre 2022,le projet d’interconnexion des réseaux électriques dans la sous-région d’Afrique centrale, a été finalisé le 7 juillet dernier, par une signature de contrat à Brazzaville.

Lors de la rencontre d’octobre 2022,il s’agissait de convenir des modalités et des conditions techniques, financières, commerciales et juridiques de la commercialisation de l’électricité entre la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) et la Société d’électricité de Guinée équatoriale (Segesa) et d’élaborer un contrat d’achat / vente d’électricité au bénéficie de toutes les parties. La rencontre du 7 juillet dernier à Brazzaville a donc permis au Gabon et à la Guinée Équatoriale de signer le contrat d’achat-vente d’énergie électrique,sous l’égide du Secrétariat permanent du Pool énergétique de l’Afrique centrale (PEAC).

L’accord signé par le directeur général de la SEEG, Sylvère Bitéghé, et son homologue de la Segesa, Juan Lupercio Nsibi Omogo, en présence d’Aristide Ngari, le directeur général de l’Énergie au ministère gabonais de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, précise les conditions techniques, financières, commerciales et juridiques d’achat et de vente d’énergie électrique entre les deux opérateurs, conformément au marché de l’électricité de l’Afrique centrale.

Selon Sylvère Bitéghé, l’électrification transfrontalière Gabon-Guinée équatoriale consistera, dans sa première phase, à alimenter la ville de Bitam (Gabon) à partir de la sous-station d’Ebebiyin (Guinée équatoriale) à travers la construction d’une ligne moyenne tension de 20 kV et des équipements associés, ainsi qu’un réseau basse tension dans les villages situés sur le tracé de lignes.

La SEEG entend ainsi fournir à sa clientèle «une énergie abondante, compétitive et durable, dans le strict respect des engagements internationaux en matière protection de l’environnement». Et dans la foulée, l’accord scellé traduit également la volonté des deux États à accélérer la mise en œuvre du projet d’intégration sous régionale à travers un axe stratégique : l’interconnexion des réseaux électriques.

Laisser un commentaire