A la UnePolitique

CGE : le gouvernement dans une position de légaliste et de conformiste

Ecouter cet article

C’est ce vendredi 10 février 2023 que l’on  connaîtra le nom du nouveau président du Centre gabonais des élections (CGE). L’élection y relative a en effet lieu aujourd’hui, après la publication, hier, des candidatures par le comité ad-hoc chargé justement de les examiner. Le processus de renouvellement de cette institution ne saurait être suspendu, du fait d’un groupuscule d’opposants ayant renoncé à y participer, font savoir des voix autorisées.

Ainsi, sur 16 postulants au poste de président du CGE, 9 candidatures ont-elles été retenues. Les 7 autres ayant été rejetées pour non-respect des critères, tout comme le président sortant, Moïse Bibalou, n’est pas de la course.

Les auditions des candidats vont avoir également lieu aujourd’hui, devant la Commission spéciale. Puis, interviendra l’élection du nouveau président du CGE qui sera installé samedi à la Cour constitutionnelle.

Le bureau du Centre gabonais des élections se compose de 7 membres. Outre le président, les autres seront aussi connus aujourd’hui.

Par cette étape, le gouvernement a clairement refusé de céder aux caprices certains acteurs de l’opposition, à savoir Pierre Claver Maganga Moussavou, Jean Valentin Leyama et Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, qui ont saisi la Cour constitutionnelle pour dénoncer le processus. Faisant fi de ce que c’est cette même Cour qui a recommandé le renouvellement du CGE sous trentaine, et que les décisions de la haute juridiction s’imposent à tout le monde.

Tout compte fait, le gouvernement a adopté une attitude de légaliste et de conformiste.

Caroline Bivigou

Laisser un commentaire