A la UnePolitique

CGE : malgré les agitations de l’opposition, le nouveau président prend ses fonctions

Ecouter cet article

Michel Stephane Bonda va bel et bien présider aux destinées du Centre gabonais des élections (CGE), après sa victoire du 10 février dernier. L’introduction par une partie de l’opposition mécontente, d’une requête en annulation à la Cour constitutionnelle, a été rejetée par la haute juridiction.

Nonobstant les agitations de Jean Gaspard Ntoutoume Ayi de l’Union nationale (UN) et sa clique, la Cour constitutionnelle n’a pas tremblé et a dit le droit. L’ancien ministre délégué aux Eaux et Forêts aura donc la lourde charge d’organiser les prochaines élections prévues en août de cette année.

Avec son bureau, il a officiellement été installé par le ministre d’État à l’Intérieur, Lambert Noël Matha, après avoir prêté serment devant la Cour constitutionnelle un peu plus tôt dans la journée.

En prenant ses fonctions, hier, il a reçu de son prédécesseur, Moïse Bibalou Koumba, une copie de la Loi fondamentale, une copie de la loi électorale et une urne. « Ce sont les principaux outils de travail du CGE », lui a notifié le président sortant.

Pour rappel, la mission du CGE est de superviser les élections, centraliser les résultats avant de les publier. Le bureau du CGE compte 7 membres. Un président élu, deux vice-présidents (majorité/opposition), deux questeurs et deux rapporteurs majorité/ opposition.

Par Jean Marc Azizet

Laisser un commentaire