Société

CNSS : la restructuration victime des incrédules ?

Ecouter cet article

La situation de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) continue de préoccuper. Et à juste titre, d’autant que l’on perçoit une volonté chez certaines gens d’empêcher la restructuration et le redressement de cet organisme.

C’est d’ailleurs la raison fondamentale de la nomination de Christophe Eyi à la tête de cette structure considérée comme une mine d’or. Une poule aux œufs d’or que certains incrédules préfèreraient voir complètement déplumée.

D’où, à notre sens, la multiplication des mouvements d’humeur des salariés juste pour des subsides non versés, alors que l’entreprise a urgemment besoin de faire des économies pour sortir de sa mauvaise passe. Des comportements vampiriques que les ennemis de la Caisse étalent à travers certains médias de la place, alors que les plus hautes autorités du pays commencent à saluer les efforts consentis par l’administration provisoire.

L’on ne doit donc pas perdre de vue que la décision des gouvernants de nommer une administration provisoire à la CNSS fait suite à des pratiques préjudiciables pour cet organisme. Les autorités gabonaises, le président Ali Bongo Ondimba en tête, ont à cœur de sauver la Caisse nationale de sécurité sociale pour le bien des retraités et de ses salariés.

Cette volonté devrait être soutenue par tous. En considérant que le travail des mains noires n’ont pour conséquences pratiques que le sabotage des initiatives louables et, malheureusement, la mort de la poule aux œufs d’or.

 

Caroline Bivigou

Comments (1)

  1. Votre article manque de partialité. du journalisme qui prend parti c’est pas du journalisme. de plus vous ne présentez que des sous entendus. vous n apportez aucun élément concret pour confirmer votre thèse. des mains obscures… c est quoi ces mains obscures? de plus les avancées dont vous faites allusions, pourquoi vous ne les énumérés pas ici? les mouvements d’humeurs que vous dénoncez ici, avez vous prit la peine de recueillir leurs origines? dommage que le Gabon croule dans journalisme de Bureau ou les Journalistes ne vont jamais sur le terrain mais se contentent des commérages de Bistrots.

Laisser un commentaire