A la UneSociété

Éducation : la Conasysed réclame 20 milliards de francs de dette à l’État

Ecouter cet article

La quiétude patiemment bâtie par Camélia Ntoutoume-Leclercq, l’actuelle ministre de l’éducation nationale, pourrait bientôt voler en éclat. La Conasysed réclame du gouvernement le paiement d’une dette estimée à vingt milliards de nos francs, sans quoi l’entité syndicale se réserve le droit d’entrer en grève.

La décision a été prise au sortir d’une assemblée générale tenue le 21 janvier dernier à Martine Oulabou. La Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (Conasysed), au cours de cette AG, s’est résolue d’inviter le gouvernement au respect de ses engagements.

Notamment « la régularisation de toutes les situations administratives, et le paiement des rappels par la mise en place d’une enveloppe de 20 milliards de francs CFA, pour apurement des rappels des agents du secteur éducation ».

Si la première doléance, s’agissant des situations administratives,  connait un début de satisfaction, la seconde, relative aux arriérés de paiement de primes, tarde toujours.

Alain Mouagouadi le Délégué Général de la CONASYSED précisant qu’ils ne sont pas encore en grève, a indiqué que ce premier contact avec la base, visait à « leur faire part de ce cahier de charges que nous allons déposer sur la table du Premier Ministre Chef du gouvernement ». En attendant, a-t-il ajouté, « nous allons faire le terrain ».

Le gouvernement pourrait donc être confronté à une paralysie du système éducatif à l’orée des prochains examens s’il n’apportait pas satisfaction aux revendications que va déposer la Conasysed d’ici le 4 mars, date  de sa prochaine grande assemblée générale.

 

 

Laisser un commentaire