A la UnePolitique

Environnement : Ali Bongo réaffirme « son total engagement en matière de préservation de la nature »

Ecouter cet article

Considéré comme l’un des pays les moins pollueurs de la planète, le Gabon, qui prend part à l’instar des homologues africains, au sommet États-Unis/Afrique, devrait bénéficier de l’aide américaine d’un montant de 55 milliards de FCFA. Si le pays a déjà perçu 22,9 milliards de la Bezos fondation pour la préservation de l’environnement et des forêts, en juillet dernier, il entend mettre en œuvre des politiques visant à promouvoir l’écologie.

À cet effet, à la veille de l’ouverture du 2e Sommet États-Unis-Afrique à Washington, l’administration Biden a annoncé qu’elle consacrera au cours des trois prochaines années 55 milliards de dollars au bénéfice de l’Afrique pour le développement de plusieurs secteurs.

« Il s’agit principalement des secteurs comme la santé et la lutte contre le changement climatique », a précisé Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale du président américain.

S’exprimant au panel sur la thématique « Conservation, Adaptation au Climat et Transition Energétique » lors du sommet Etats-Unis/Afrique qui s’est ouvert ce jour à Washington, le Président Ali Bongo Ondimba a, une fois de plus porté haut la voix du Gabon en réaffirmant « son total engagement en matière de préservation de la nature ».

Rappelant que le Gabon est à 88% couvert de forêts tropicales, avec l’un des niveaux de déforestation les plus bas au monde, Ali Bongo Ondimba a souligné la création au Gabon d’aires protégées terrestres et maritimes.

De plus, il a de nouveau indiqué les efforts faits par notre pays en vue d’un repeuplement des éléphants au sein de notre forêt par la mise en place d’une gouvernance forestière en lutte constante contre tous les braconniers et groupes organisés.

 

Jean Marc Azizet
Plus de publications

Laisser un commentaire