A la UneÉconomie

Financement : 10 start-up gabonaises vont bénéficier d’un appui du PNUD

Ecouter cet article

Dix start-ups gabonaises vont, grâce à un partenariat entre le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le fonds Okoumé Capital, bénéficier d’un appui technique et financier notamment pour les solutions innovantes qu’elles proposent.

Statistiquement, en Afrique subsaharienne une start-up sur cinq meurt moins de 3 ans après son lancement, faute de financement. Heureusement pour ces entreprises gabonaises, elles vont bénéficier d’un accompagnement financier et technique de la part du PNUD et de ses partenaires locaux.

Selon le ministère en charge de l’Entrepreneuriat national, ce partenariat vise à accompagner les projets innovants d’entreprises gabonaises ayant un impact positif dans leur environnement immédiat et suivant les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies.

Il soutient également que ceci est rendu possible grâce à la politique impulsée par le président gabonais, à travers le plan d’accélération de la transformation (PAT) qui a permis la mise en place d’un écosystème favorable à l’investissement privé.

Pour le PNUD, cette action s’inscrit dans son programme « YouthConnekt : Entrepreneurs d’Impact » qui consiste à soutenir la création d’entreprises à fort impact social, tout en promouvant les économies locales. Ce projet ambitionne aussi de booster l’éclosion des start-ups locales dans les domaines des finances, de fintech, de réseaux d’entreprises et de business Angels.

De trente au départ, seulement dix start-ups ont finalement été retenues par un jury composé de représentants du PNUD, d’Okoumé Capital et de la Société d’incubation numérique du Gabon (SING). Il s’agit de : Agrivert, Cabalou ; PharmaGabon, CaPay, Yoboresto, Brendi Baby Food, Kanopee, Gstore Music, African Trotteur et Recyclage&Collecte.

La pertinence de la solution par rapport aux critères d’économie verte, le modèle économique, la viabilité et potentiel de rentabilité, la cohérence de la solution proposée par rapport aux besoins du marché, l’impact économique, social et/ou environnemental, ou encore l’expertise de l’équipe et la clarté de la présentation sont les critères qui ont permis au jury de se départager.

Les lauréats ont, depuis le 30 janvier 2023, entamé un programme intensif de 90 jours. Ils suivent des ateliers organisés par Okoumé Capital sur le suivi budgétaire et financier, la gestion des comptes, les stratégies de levée de fonds, le suivi des encaissements et des décaissements. Des sessions de coaching, de conduite de changement, d’éco-responsabilité pilotés par la SING leur sont également octroyées.

Les dix start-ups se partageront équitablement les 110 000 000 de FCFA prévus à cet effet. Ils en percevront 50% lors du lancement, et la deuxième tranche au cours de la phase d’accompagnement, selon les indicateurs de suivi des décaissements.

 

 

Laisser un commentaire