A la UneÉconomie

Gaz butane : vers une autosuffisance du Gabon ?

Au delà de son ambitieux projet de devenir l’un des leaders en Afrique dans la production et l’exportation du gaz naturel liquéfié (GNL), le Gabon vise une autosuffisance en gaz butane d’ici 2026.

Avec une production annuelle estimée à ce jour à 15 mille tonnes, cette ambition pourrait se concrétiser par l’entremise du projet de construction de l’usine de production de Batanga en cours par Perenco. Dans les faits, il s’agit de l’usine de production de gaz butane de Batanga. Un investissement de 50 millions de dollars consenti par la société avec l’appui de l’Etat gabonais pour amener le pays vers une autosuffisance concernant ce produit.

Les travaux de cette usine vont bon train et son entrée en production est prévue pour le deuxième semestre 2023. Les prévisions font état  d’une production de 10 000 tonnes de gaz butane en 2023, 15 000t supplémentaires en 2024 et en 2025. Boostée par la mise en service de l’usine de liquéfaction de gaz du Cap Lopez, Batanga devra produire 45 000 tonnes de gaz butane en 2026, permettant non seulement une autosuffisance mais faisant par ailleurs du Gabon un pays exportateur de gaz butane.

« Nous restons prudent sur les grandes annonces, sauf que ce que nous connaissons, c’est que le Gabon a de l’ambition avec son partenaire historique Perenco. Il s’agit pour le Gabon d’accélérer la transformation suivant les instructions données par le président de la République Ali Bongo Ondimba de faire en sorte que le gaz contribue à la création des richesses pour le pays. Derrière la création de richesses, ce que nous avons commencé par faire avec l’opérateur, c’est de faire en sorte que le Gabon soit lui même producteur de gaz butane. Ce sont les GPL tel que nous l’avons annoncé au niveau de Batanga. Nous avons vu que avec l’importation de l’usine de Batanga, le Gabon ne devenait pas autosuffisant en terme de production de GPL. Il a donc fallu imaginer comment accroître cette production pour atteindre l’autosuffisance », a laissé entendre Vincent de Paul Massassa.

 

Par Joachim Ndong

Jean Marc Azizet
Plus de publications

Laisser un commentaire