Politique

Honorable Landry Ndong Nguema : «un double-jeu entre camarades n’avantage pas notre parti le PDG »

Ecouter cet article

Gabon Telegraph : L’actualité nationale, au-delà du sommet international sur la préservation des forêts tropicales, a été marquée par la tenue de la concertation initiée par le chef de l’État. Comment appréciez-vous cette initiative ?

Landry Ndong Nguema : «Cette concertation politique est une initiative qui montre encore une fois que le président de la République, Ali Bongo Ondimba, reste un homme ouvert à tout le monde. Et que, dans l’intérêt supérieur de notre pays, il sait toujours tendre la main à toutes les composantes de la société gabonaise. À travers cette concertation, c’est en fin de compte la démocratie qui triomphe et une chance de plus que l’on donne à l’avenir du pays, en associant les Gabonais autour d’une table, quel que soit leur bord politique ou leurs différences.
C’est la preuve que le Gabon est un et indivisible, et qu’il demeure notre plus grand bien commun. C’est ici le lieu de saluer tous les acteurs qui ont adhéré sans hésiter à cette initiative du chef de l’État. Lequel s’est engagé à faire du Gabon un pays où il fait bon vivre, un pays apaisé où le point de vue de tous ses enfants compte».

Au niveau du Moyen-Ogooué, province où vous avez été élu député il y a 5 ans, il y a comme une léthargie au PDG. Faut-il s’en inquiéter ?
«Si nous restons toujours dans un double-jeu, je dirais oui. Et le parti pourrait en faire les frais. C’est une alerte et une occasion pour moi d’appeler les responsables et cadres politiques ainsi que les militants à demeurer honnête avec nous-mêmes et notre famille politique.
Nous avons les moyens de taire nos divergences personnelles, en privilégiant l’intérêt du PDG. J’appelle à la très grande vigilance des hauts responsables de notre parti, en les exhortant à continuer à tenir compte des avis de la base, notamment dans la perspective des élections législatives et locales à venir».

Concernant votre fief politique, l’on fait état de conflits internes entre vous et certains de vos camarades. Est-ce vrai ?
«Vous savez, la contradiction fait partie de la vie politique, elle constitue même son carburant. Tout le monde ne peut pas être d’accord avec tout le monde. Ce qui compte, c’est que chacun puisse exprimer librement son point de vue dans le cadre de la construction de notre pays et de nos localités. De là où je me trouve, je ne peux que me mettre au-dessus de tout ce qui ne sert pas l’unité et le développement de notre pays. J’ai adopté cette posture depuis longtemps, et j’invite les différents acteurs politiques auxquels vous faites allusion à l’adopter également en pensant à l’unité de notre localité. C’est d’ailleurs ce que n’ont de cesse de prôner le président de la République, Ali Bongo Ondimba, et le Premier ministre, Alain Claude Bilie-By-Nze. Il n’est pas utile que des gens d’une même famille travaille dans la rivalité. Changeons ces pratiques qui ont souvent causé du tort au PDG, adhérons sérieusement et sincèrement à la vision clairvoyante du chef de l’État.
Au demeurant, j’en appelle à la cohésion de tous pour une victoire sans bavure de notre grand champion et candidat naturel, en 2023».

Caroline Bivigou
Plus de publications

Laisser un commentaire