A la UneÉconomie

Infrastructures routières : les belles promesses britanniques pour le Gabon

Ecouter cet article

La délégation d’hommes d’affaires britanniques, qui vient de séjourner au Gabon, y est repartie avec de bonnes nouvelles pour notre pays. Des nouvelles en termes de projets publics à soutenir, particulièrement dans le domaine des infrastructures.

Avant de quitter le Gabon, cette délégation a eu une rencontre avec les techniciens du ministère des Travaux publics, en présence du ministre délégué Oumar Mamadou Boueni. Une rencontre au cours de laquelle elle a été suffisamment édifiée sur les ambitions et les priorités du gouvernement gabonais pour ce secteur.

Notre pays ne compte que 2038 Km de routes bitumées, ce qui représente seulement 20% des 10 348 Km de linéaire total (hors voiries). Avec des ponts provisoires en bois (613) et même des bacs (4) qui permettent de joindre certaines localités enclavées.

Mesurant ce retard, le chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, n’a de cesse de multiplier des initiatives pour y remédier. Les résultats obtenus jusqu’ici montrent deux choses.

La première chose est que la situation initiale est en train d’être améliorée avec, entre autres, l’aménagement des axes Ndjolé-Medoumane, Lalara-Koumameyong-Ovan, Port-Gentil-Omboué et, maintenant la Transgabonaise. La deuxième chose concerne la nécessité de poursuivre cette dynamique, avec pour ambition de doter le Gabon de routes de qualité, conformément au Schéma directeur national d’infrastructures (SDNI) adopté en 2012.

Lequel schéma met en relief les corridors de développement, en vue de désenclaver l’arrière-pays et moderniser les infrastructures existantes. Toute chose qui a persuadé la délégation britannique quant au sérieux dont font montre les autorités gabonaises.

Avec la promesse de revenir avec des propositions viables. D’ores et déjà, Leonard Grote, le représentant de United Kingdom Export Finance (UKEF), a annoncé la disponibilité d’un portefeuille de 700 millions d’euros, soit prêt de 560 milliards de FCFA.

« Pour les investisseurs que nous sommes, nous pensons pouvoir atteindre des niveaux plus élevés, afin d’apporter un support financier conséquent« , a informé, de son côté, Sylvie Fekeram Wangho, la directrice financière du groupe ERG international.

Notons à toutes fins utiles que UKEF est la première agence de crédit à l’exportation dans le monde, avec plus de 100 ans d’expérience. Cet organisme travaille aux côtés du département Commerce international et du Trésor pour soutenir l’ensemble des projets internationaux qui proviennent du Royaume-Uni.

Entre 2020 et 2022, il a consacré 2 milliards d’euros pour des projets sur le continent africain.

 

 

Caroline Bivigou

Comments (1)

  1. Pourquoi continuer d’enfoncer le Pays alors que nous savons tous que c’est une bande d’incapables à la tête de l’Etat? Où sont les 70 milles logements promis sur les 14 ans d’exercice du pouvoir? où sont les Universités d’Oyem, de Mouila et de Port Gentil? où est le port en eaux profondes de Mayumba? c’est quoi cet entourloupe? la sécurité routière est où? voici 5 familles endeuillées à Oyan4 ou d’ailleurs j’ai de la famille! que fait l’Etat? qu’est ce que le Gabonais a fait à la famille Bongo? à l’Afrique et au monde?
    quels péchés a commis les gabonais dans une vie antérieure? parce que l’impression que nous avons c’est celle de payer un karma fort.

Laisser un commentaire