A la UnePolitique

Législatives 2023 : depuis « sans famille » Jean Rémy Yama va représenter l’UN à Mulundu

Ecouter cet article

Dans une décision controversée, l’Union Nationale (UN) a choisi d’investir Jean Rémy Yama, actuellement en détention pour des faits présumés d’escroquerie, abus de confiance et détournement de fonds destinés à la construction d’une cité des enseignants, pour les élections législatives d’août prochain. Malgré les critiques et les inquiétudes concernant son état de santé, l’UN a décidé de soutenir la candidature de Yama pour le siège de Mulundu dans la province de l’Ogooué-Lolo.

Jean Rémy Yama est poursuivi pour des accusations graves liées à des détournements de fonds dans le cadre de la construction d’une cité des enseignants dans la capitale. Sa détention préventive a déjà duré 13 mois, et sa santé a été qualifiée d' »alarmante » lors d’une conférence de presse tenue par la coalition syndicale Dynamique unitaire. Cette situation a suscité des préoccupations quant à la capacité de Yama à assumer pleinement ses responsabilités en tant que député, en cas d’élection.

Malgré ces circonstances troublantes, l’Union nationale a choisi d’investir Jean Rémy Yama comme candidat officiel. L’annonce de cette candidature a été faite par la présidente de l’UN, Paulette Missambo, lors de son passage à Lastourville. Cette décision a surpris de nombreux observateurs, qui y voient une manœuvre politique visant à attirer l’attention sur un parti politique dont la crédibilité est déjà mise en doute.

Les électeurs de la circonscription de Mulundu devront donc décider si les accusations pesant sur Jean Rémy Yama sont un obstacle insurmontable à sa candidature ou s’ils souhaitent lui accorder leur confiance malgré les charges qui pèsent contre lui. Les élections législatives d’août prochain seront un test pour l’UN et pour la crédibilité de son choix de candidat dans des circonstances aussi controversées.

Laisser un commentaire