A la UneÉconomie

Métiers du numérique : Mathias Otounga Ossibadjouo offre une formation à 180 jeunes

Ecouter cet article

Environ 180 jeunes gabonais prennent part, depuis le 14 janvier dernier, à une formation aux métiers du numérique dans le cadre d’un programme parrainé par l’ancien ministre Mathias Otounga Ossibadjouo. Cette session se déroulera jusqu’au 28 du mois en cours, soit deux semaines d’apprentissage des médias, un secteur essentiel en termes de débouchés.

Durant donc 14 jours, les participants vont acquérir des rudiments nécessaires à la maîtrise de l’outil informatique et au montage des projets. La présente formation, qui se tient dans une salle multimédia d’une école supérieure de la place, allie théorie et pratique à la fois.

Une opportunité pour ces jeunes qui, en plus des notions qu’ils vont recevoir, ont l’occasion de se familiariser assez vite avec l’outil informatique. Pour Rhudy Brolik Abourou, initiateur de ce projet soutenu depuis 4 ans par l’actuel député d’Okondja, « les participants ont une opportunité à saisir pour enrichir leur curriculum vitæ, grâce aux connaissances qu’ils acquerront durant cette formation« .

Aussi, salue-t-il la forte implication de Mathias Otounga Ossibadjouo depuis le début de ce projet qui vise l’autonomisation des jeunes gabonais. D’autant que, selon le représentant du parrain, Hugues Séverin Balikidra, « la maîtrise de l’outil informatique est aujourd’hui indispensable, quel que soit le domaine d’activité. C’est une aubaine offerte à ces nombreux jeunes qui pourront devenir autonome, en créant leurs propres structures« .

À noter que cette quatrième édition du programme de formation des jeunes aux métiers du numérique est composée de trois branches, à savoir l’infographie, la bureautique et le business plan. Comme perspective, l’initiateur escompte un appui du gouvernement pour étendre le projet à plusieurs chefs-lieux de provinces, voire de départements.

Car, pour lui, il serait bien d’accorder les mêmes chances à tous les jeunes qui se sentent délaissés dans l’arrière pays.

 

 

Caroline Bivigou
Plus de publications

Laisser un commentaire