Économie

Pétrole : annonce de la baisse de la production, les prix en hausse

Ecouter cet article

L’Algérie, l’Irak, l’Arabie saoudite, Oman, le Koweït et les Emirats arabes unis comptent parmi les plus grands producteurs et exportateurs d’or noir au monde. Ensemble, ils ont annoncé, à la surprise générale, une réduction de leur production dès le mois de mai prochain.

Présentée comme une « mesure de précaution » pour stabiliser le marché, cette décision n’en est pas moins sans conséquence pour le secteur. Ce lundi 3 avril 2023, les cours du pétrole ont en effet bondi, annonce l’Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep).

Selon des médias français, dans les premiers échanges en Asie, le prix du baril de WTI américain a grimpé de 5,74% pour se situer à 80,01 dollars. Celui du baril de Brent de la mer du Nord connaît une hausse de 5,67% et se situe à 84,42 dollars.

La mesure drastique annoncée par les pays cités précédemment devrait s’étendre jusqu’à fin 2023. Soit une baisse totale de la production d’environ un million de barils par jour (bpj), la plus importante réduction depuis octobre, selon la chaîne de télévision France 24.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est une nouvelle baisse qui s’ajoute à celle décidée en octobre 2022. Elle intervient malgré des appels des États-Unis à augmenter le nombre de bpj, sur fond d’inflation galopante alors que la Chine, le pays le plus gourmand en or noir, rouvre son économie après s’être repliée sur elle-même pendant la pandémie de Covid-19.

«L’annonce d’octobre avait été vécue comme un camouflet par Washington qui redoutait une envolée des prix des carburants sur fond d’inflation élevée», selon la chaîne de télévision française.

 

Caroline Bivigou

Laisser un commentaire