Société

PISE : entre réalisation, contrariété et espoir

Ecouter cet article

Conduite par Marie Sennequier, sa directrice générale au Gabon, une délégation de l’Agence française de développement (AFD) a fait le point des réalisations du Projet d’investissement dans le secteur de l’éducation (Pise), aux autorités du ministère en charge des Infrastructures. C’était le jeudi 26 janvier dernier.

Une rencontre d’autant plus utile qu’elle a fait passer les membres des deux parties par toutes les émotions. D’abord la satisfaction par rapport aux réalisations déjà faites.

En effet, mis en œuvre pour soutenir le secteur de l’éducation, le Pise a permis, dans sa première phase, la construction et l’extension de 15 établissements scolaires dans le Grand Libreville. Soit 421 salles de classe.

« A ce jour, dix sites sont opérationnels et reçoivent déjà les apprenants. Les cinq autres vont être livrés très prochainement« , a détaillé Marie Sennequier.

Après cette présentation qui a pourtant satisfait le ministre Toussaint Nkouma Emane et son délégué Mamadou Omar Boueni, une attitude de contrariété a quelque peu glacé la salle. Surtout lorsque la délégation de l’organisme financier français a évoqué la deuxième phase du projet et l’étonnant retard pour son déploiement.

Un retard concernant par exemple la signature de la maîtrise d’œuvre, en vue de financer les études techniques des travaux à réaliser. Le plus surprenant est que cet état de fait est imputable au Gabon qui en est pourtant bénéficiaire.

Les premières réalisations de cette seconde phase du Pise devaient être inaugurées en août prochain, a-t-on appris ce jour-là. Mais il y a cependant un espoir de voir les choses aller dans le sens souhaité.

Car, si l’on en croit le ministre des Travaux publics, « tout est en train d’être mis en œuvre par le gouvernement pour lancer effectivement la deuxième phase du Projet d’investissement dans le secteur de l’éducation« . Une seconde phase qui, outre le Grand Libreville, va se déployer aussi à Port-Gentil, pour un total de 13 établissements.

Le Pise est un programme financé par l’Agence française de développement, grâce à une convention de prêt (154 millions d’euros, soit 101 milliards 17 millions 378 mille FCFA) signé le 22 mars 2016. Si la date limite de versement des fonds est fixée au 31 décembre 2023, l’achèvement technique du projet interviendra un an plus tard.

 

 

Caroline Bivigou

Laisser un commentaire