A la UnePolitique

Quel rôle devrait jouer la diaspora gabonaise pour soutenir les efforts de développement socio-économique du pays ?

Ecouter cet article

Depuis quelques années,la diaspora gabonaise s’est agrandie et s’est élargie de plusieurs membres disséminés à travers le monde. Les candidats aux élections présidentielles l’ont compris depuis 2009 et inscrivent dans leurs agendas,des visites en France, au Sénégal, au Maroc, aux États-Unis,au Ghana,pour ne citer que ceux-là.

A y regarder de plus près, le gabonais resté au pays se demande quel est le rôle de cette frange importante de la population et surtout « à part parler,contester, dénigrer le pouvoir et les autorités que fait la diaspora gabonaise ?  »

Aujourd’hui,de nombreux compatriotes estiment que ceux qui sont installés à l’extérieur du pays et qui vivent à l’étranger, ne s’intéressent pas assez aux questions de développement socio-économique du pays. Réputés comme des ambianceurs pour la plupart et adeptes des nuits chaudes,il est bien surprenant de les voir penser à leur terre
d’origine si ce n’est que pour attaquer et insulter les autorités locales.
Ce qui est certain, c’est qu’au-delà des rares initiatives louables et dispersées, la diaspora Gabonaise doit présenter un nouveau visage que ce qu’elle nous présente actuellement.

Il est pourtant reconnu partout que les diasporas maliennes, camerounaises,béninoises,libanaises, sénégalaises,etc mettent en place depuis le Gabon ,des projets de développement de leurs pays d’origine,de leurs régions d’origine voire même de leurs villages. Ils construisent des cités, des écoles, des universités, des hôpitaux.Elles électrifient des quartiers, goudronnent les rues. Or les nôtres au nom du budget de l’Etat et des richesses du sous-sol gabonais, on attend tout de l’État. Le seul monstre capable de tout faire,tout seul,selon eux.

Par exemple,pour illustrer avec les chiffres la diaspora sénégalaise c’est 2562 millions de dollars de transferts de fonds par an,soit un pourcentage de 10,5 % du PIB du pays du Sénégal.

Pendant ce temps au Gabon, quel projet d’envergure a réalisé la diaspora gabonaise ? A-t-elle construit une médiathèque ? restauré ne fusse qu’une école ? creuser des forages dans des villages ? parrainé les études des meilleurs élèves de leurs localités ?

Conclusion : Le Gabon devrait profiter de la force de ces nombreux enfants disséminés à travers le globe, mais ces derniers, devenus opposants chroniques du clavier et abonnés à la vie nocturne des pays dans lesquels ils vivent,ne participent pas aux efforts que le Chef de l’État met en œuvre pour améliorer le pays. Pourtant le pays a besoin d’eux.

Laisser un commentaire