A la UneSociété

Sylvia Bongo « Ne laissons pas les tentations xénophobes miner notre cohésion »

Ecouter cet article

Depuis quelques temps la toile et certains médias s’enflamment. La xénophobie de plusieurs est clairement exprimée , des sentiments de haine envers les frères venus d’autres horizons à travers le monde est répandue. Face à la situation, il faut agir et cela la Première dame du Gabon,Sylvia Bongo Ondimba l’a bien compris en plaçant les mots qu’il faut à la place qu’il faut afin d’éveiller la conscience collective sur ce phénomène qui tend à détruire la cohésion sociale.

Tout d’abord, il faudrait que les partisans de la xénophobie comprennent que favoriser la cohésion sociale c’est chercher une plus grande inclusion, une plus grandes participation des citoyens et la création des opportunités de mobilité ascendante, en un mot c’est la colle qui tient la société ensemble. Le Gabon étant terre d’accueil où il fait bon d’y vivre cet élément ne devrait donc échapper à personne d’autant plus qu’il favorise la sécurité des communautés.

La Première dame du Gabon Sylvia Bongo Ondimba animée des sentiments de paix et d’amour a déclaré je cite, << Mon pays le Gabon n’est pas un îlot fermé au monde. Il est, a été et sera toujours, une terre d’ouverture, d’accueil, d’hospitalité, de tolérance. Construit avec force et l’expertise de tous ses habitants. Ne laissons pas les tentations xénophobes miner notre cohésion sociale ni limiter nos possibilités mais faisons de nos différences une richesse pour construire ensemble un Gabon plus fort où diversité rime avec unité.>>

Des mots forts qui traduisent parfaitement sa volonté et celle du président de la République Ali Bongo Ondimba à faire de la cohésion un élément essentiel pour la paix et la stabilité du Gabon à long terme. En somme, une société inclusive est une société où les personnes sont protégées contre les risques de vie, font confiance à leurs voisins et aux institutions de l’État et peuvent travailler vers un avenir meilleur pour eux-mêmes et pour leurs familles. Ceci dit, il revient à chacun d’œuvrer pour le maintien de la cohésion sociale loin de la haine et de la xénophobie.

Pauline N.
Plus de publications

Laisser un commentaire