A la UnePolitique

Transgabonaise : Ali Bongo Ondimba mécontent face à la lenteur dans l’exécution du chantier

Ecouter cet article

Le projet de construction de la Transgabonaise, un des projets majeurs du magistère du président gabonais, qui entend relier sur plus de 700 km, la capitale gabonaise à Franceville, prend du retard dans son exécution, et ce n’est pas pour lui plaire.

Hier lundi 19 juin, alors qu’il est allé pour une visite d’inspection et pour lancer la deuxième phase des travaux de ce projet, le Président de la République a manifesté son courroux face au retard que prend ce chantier bien que titanesque mais qui est vital pour les populations.

Le chef de l’État, bien conscient de la nécessité pour les populations de livrer ce chantier au plus vite, veut mettre un coup de pression aux entreprises adjudicataires afin que les délais soient respectés.

Pour cette deuxième phase, dont le point de départ est situé quelques kilomètres après Kango, il s’agira de restaurer un tronçon de 63 kilomètres, ce qui représente un véritable défi logistique et technique.

Outre la rénovation de la chaussée, ce chantier nécessitera également le défrichage et le déracinement des arbres sur une superficie de 300 000 mètres carrés.

La réhabilitation de l’axe Nsile-Bifoun revêt une importance capitale pour le Gabon. En effet, cette route fait partie intégrante du projet Transgabonaise, qui constitue une infrastructure essentielle pour la croissance économique et le développement du pays. La rénovation de ce tronçon permettra de faciliter les échanges commerciaux, d’améliorer les conditions de transport des marchandises et de renforcer les liens entre les différentes régions.

Au regard de ces exigences économiques et stratégiques, le Président de la République a donc exprimé son mécontentement face à la lenteur constatée dans la réalisation des travaux de la Transgabonaise car les populations deviennent de plus en plus exigeantes et elles sont dans leur bon droit.

Laisser un commentaire