A la UneÉconomie

Vie chère : le gouvernement ne va pas reculer

Ecouter cet article

En créant un ministère dédié spécifiquement à ces questions, le président de la République, Ali Bongo Ondimba, traduisait son engagement pour la lutte contre la cherté de la vie et de la dégradation du pouvoir d’achat des Gabonais. Et, réuni hier autour de son chef, l’Exécutif s’est résolu à donner du contenu aux missions de ce département ministériel.

Cela, par l’adoption du projet de décret qui porte justement sur ses attributions et son organisation. «Ce projet  de décret vise à doter le ministère de la Consommation et de la Lutte contre la vie chère d’un texte organique lui permettant d’exercer pleinement sa mission», selon le communiqué final lu par le ministre Porte-parole du gouvernement, Yves Fernand Manfoumbi.

Non sans préciser que « le ministère de la Consommation et de la Lutte contre la vie chère a pour missions de concevoir et de mettre en œuvre la politique gouvernementale en matière de consommation et de lutte contre la cherté de la vie ».

Bien évidemment, pour son fonctionnement, des entités ont été créées. Mais c’est surtout l’action qui va, les mois ou années à venir, susciter l’intérêt des ménages gabonais.

Cela est d’autant plus vrai que les consommateurs semblent ne pas toujours ressentir l’impact des mesures gouvernementales mises en place pour soulager leurs poches. «La hausse des prix des denrées alimentaires et d’autres biens de grande consommation créent le désarroi auprès des Gabonais», a reconnu, en janvier dernier, le Premier ministre Alain Claude Bilie-By-Nze.

C’est fort de cela qu’il a annoncé la tenue, pour mars prochain, des assises contre la vie chère. L’objectif derrière est d’apporter des solutions à l’inflation grandissante dans le pays, après avoir examiné minutieusement la structure des prix.

Avec la mise en place des textes créant juridiquement le ministère de la Consommation et de la Lutte contre la vie chère, il est à espérer que l’inflation sera enfin maîtrisée. En 2022, cette inflation a atteint les 3%.

Caroline Bivigou

Laisser un commentaire